Communiquer efficacement

girafe colorée

Éviter les écueils lorsque nous communiquons.

Lorsque l’on laisse parler notre modèle de défense naturelle, il n’est pas toujours recommandable…

En effet selon le modèle (Fuite, Lutte ou Repli), notre  intervention est contreproductive et maladroite. Voici les quelques écueils identifiés :

Fuite

  • Argumenter : « Mais si, souviens-toi, j’ai déjà essayé il y a trois mois et ça n’a pas marché ; d’ailleurs, ça va nous prendre un temps fou et nous avons des choses plus importantes à faire. »
  • Faire de l’inquisition : « Qu’est-ce que tu as ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce que je t’ai fait ? Pourquoi ne veux-tu pas me parler ? »
  • Ridiculiser : « Tu sais que tu es beau quand tu te fâches ? »

Lutte

  • Imposer : « On va faire comme cela, un point c’est tout. »
  • Menacer : « Si tu ne fais pas ce que je te dis, c’est la dernière fois que je te demande un service. »
  • Critiquer : « Vraiment, je trouve que tu t’y prends n’importe comment. »
  • Brusquer : « Secoue-toi, tu es vraiment trop mou ! »

Repli

  • Réconforter faussement : « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave, la prochaine fois tu feras mieux ! »
  • Faire la morale : « Sois raisonnable, tu ne devrais pas te mettre dans des états pareils… »
  • Amadouer : « Tu t’en sors très bien, mais si, je t’assure t’es formidable »

 

Quand lors de la discussion l’entrée en communication se fait difficilement, l’utilisation de l’un de ces  écueils ne fait que renforcer l’autre dans son état de défense. Chacun déploie sa carapace et l’écoute ne se fait plus.

Ces réactions peuvent parfois sembler nous libérer mais n’apporte aucune écoute.

Alors que faut-il faire ?

Communiquons en mode Girafe (Communication Non Violente de Rosenberg).

Comment fait-on ?

C’est simple, il suffit de suivre une démarche en 4 étapes :

  1.  Observation objective de la situation (en mettant de côté nos jugements et nos évaluations).  Relater les faits : «J’ai observé que … », « Il est avéré… »

  2.  Identification des Sentiments qu’éveille la situation (en les différenciant de nos interprétations et de nos jugements). Exprimer son ressenti : « je me suis senti… », « j’ai ressenti …. »
  1. Identification des Besoins liés à ces sentiments (aspirations profondes, motivations, etc.).
    Exprimer ses besoins sous forme de souhait, ne pas imposer : « j’aimerais que » «  il serait préférable que .. »
  1. Formulation d’une Demande en vue de satisfaire ces besoins (présentée de façon positive, concrète et réalisable).
    Recherche d’un accord mutuel, d’un compromis : « pouvons-vous mettre en place… » « Si je m’engage à … peux-tu …. ? »

 

Entrainons-nous et ouvrons-nous à l’autre.

 

Enjoy it !

 

Catherine FormActrice