Créer l’engagement vers la réussite en formation

La « capacité à s’engager » est positivement associée au bien-être

La « capacité à s’engager » est positivement associée au bien-être

La rentrée est passée et avec elle son lot d’engagements pour les mois à venir.

C’est sur cette notion d’ « engagement » que je souhaite aujourd’hui partager. L’engagement nous préoccupe tous car il interfère dans toutes les sphères de notre vie qu’elles soient éducative, relationnelle, professionnelle ou personnelle (cf. A. Brault-Labbé et L. Dubé – 2008).
C’est bien sûr la sphère éducative que je vais développer ici en exposant :
– les supports théoriques autour de l’engagement de l’apprenant,
– les principes concrets favorisants le niveau optimum d’engagement.

L’engagement est un mécanisme psychologique composé de 3 dimensions : la dimension affective (la valeur subjective et l’intérêt accordés à la formation), la dimension cognitive (la création, le raisonnement, aide à la décision et l’évaluation de la formation) et la dimension motivationnelle (la vigueur et l’énergie consacrée dans le processus d’apprentissage).
Chaque apprenant est appelé (inconsciemment) régulièrement à se questionner sur son engagement. En effet, il a été démontré un lien entre bien-être et engagement et notre fonctionnement est optimal que si l’engagement est maintenu.

Alors souvenez vous que la « capacité à s’engager » est positivement associée au bien-être.

Fort de cette prise de connaissances, je vais mettre en lumière plusieurs principes afin de garantir
« l’engagement dans une formation ».

Reprenons nos dimensions :

L’affective :
C’est l‘interactivité entre humains qui va accentuer son engagement et de là le travail d’apprentissage. C’est au regard de l’autre de nos valeurs sont construites et notre intérêt cultivé.
Alors créons des supports de formation favorisant l’échange et les partages ; Les simulations au plus près du réel le permettent mais aussi certaines plateformes collaboratives peuvent entretenir l’échange et garantir le lien de collaboration entre apprenants et entre apprenants et formateurs.
La collaboration devient centrale, l’outil digital joue un rôle important dans l’acquisition de l’information et de la communication.

La cognitive (la création, le raisonnement, aide à la décision et l’évaluation de la formation)
Il s’agit ici de soutenir spécifiquement la capacité de comprendre et d’accepter que l’engagement implique toujours certains aspects difficiles. Pour atténuer ces difficultés, chaque module ou cursus de formation doit valoriser l’investissement préalable (chemin parcouru) et les étapes attendues (récompenses à venir).
Outre se situer dans son parcours de formation, la possibilité d’accès à des outils ludiques de positionnement est vivement recommandée.

Et enfin la motivation, c’est la vigueur et l’énergie consacrée dans le processus d’apprentissage.

Je pourrai lui donner le nom d’enthousiasme !

Comment le provoquer ? par exemple :

– faire des projets authentiques (testés dans le réel), cela présente un niveau plus élevé de satisfaction chez l’apprenant car il voit l’impact de son travail sur les personnes et les organisations.
– Utiliser des technologies ludiques et innovantes proposées par le monde digital permet de restaurer une certaine fierté et l’intérêt dans le processus de formation.

De plus, les résultats de leurs efforts apportent à l’apprenant une reconnaissance professionnelle plus motivante que la notion de note. Enfin, l’apprenant apprend de nombreuses compétences liées au travail de groupe qui ne sont que rarement enseignées à l’école.

L’étude de ses facteurs de réussite ne peut qu’influencer des niveaux optimaux d’engagement ; Cette étude sera d’une grande utilité si les connaissances qui en ressortent sont utilisées dans une optique d’amélioration constante de la qualité de la formation et ce afin de … promouvoir le bien-être.

Enjoy it !

Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *